nov 07

Le Comité jeunes s’implique dans la campagne

Le Comité jeunes de l’Anacej a participé à l’élaboration de la campagne 2012, je vote. Pour Ambrine Wiart, membre de cette instance de l’Anacej, « nous avons privilégié la croix pour la simplicité du message. C’est le visuel qui interpelle le plus. C’est un symbole fort qui marque clairement que sans s’inscrire, on ne peut voter et s’exprimer. »

Le Comité jeunes a également écrit et interprété une série de films courts sur le vote (bientôt disponibles sur je-vote.fr). Les membres du Comité jeunes ont voulu « faire quelques chose de simple qui parle a tout le monde. Nous avons donc fait des vidéos très brèves qui représentent des scènes de la vie quotidienne, en essayant de jouer sur l’humour », nous explique Sihame Id Nacer.

Découvrez les vidéos du Comité jeunes sur http://www.dailymotion.com/Anacejtv et sur Kikavu.fr


2012, je vote – Un jeune engagé

nov 04

« 15% des jeunes échappent à l’inscription automatique sur les listes, mais les 85% restant ne sont pas nécessairement bien inscrits »

Rencontre avec Anne Muxel, docteure en sociologie et directrice de recherches CNRS en science politique au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Tous les jeunes sont-ils inscrits sur les listes électorales ?

Une étude de 2007 démontre que 15% des jeunes échappent à l’inscription automatique sur les listes. Mais les 85% restant ne sont pas nécessairement bien inscrits.

Il y a du non-dit et du flou autour de l’inscription sur les listes électorales. En théorie, les nouveaux électeurs sont inscrits de manière automatique, mais il y a souvent une démarche complémentaire à réaliser. Il faut généralement aller à la mairie et fournir des documents. Par ailleurs les procédures peuvent varier d’une mairie à l’autre et il n’y a pas de courrier d’information. Enfin si la JAPD n’a pas été réalisée, les nouveaux électeurs échappent à l’inscription sur les listes.

L’inscription, dite « automatique », est assortie de demandes, notamment pour vérifier la domiciliation. La démarche est en fait assez compliquée.

Les nouveaux électeurs savent-il s’ils sont inscrits sur les listes ?

Beaucoup de jeunes qui se croient inscrits ne savent pas qu’en quittant le domicile familial ils doivent refaire les démarches. Par ailleurs, c’est un âge de la vie où l’on doit faire face à de nombreux problèmes et l’inscription sur les listes avant le 31 décembre de l’année préélectorale, n’en est qu’un parmi tant d’autres.

Doit-on œuvrer davantage pour sensibiliser les jeunes à l’inscription sur les listes électorales ?

Le message sur la modalité d’inscription sur les listes n’est pas assez divulgué, il y a beaucoup à faire pour informer sur les démarches à réaliser, notamment pour justifier sa domiciliation.

Enfin, ce message touche les jeunes en particulier, car cette tranche d’âge est très mobile.

Propos recueillis par Erwan Dagorne

Anne Muxel est notamment l’auteure de Avoir 20 ans en politique et d’une note du CEVIPOF de septembre 2011 « Les jeunes : des intentions de vote dispersées »

nov 03

Entretien avec Virginie Belin, responsable de la mission citoyenneté des jeunes de la Ville de Paris

Virginie Belin, responsable de la mission citoyenneté des jeunes de la Ville de Paris, travaille sur une campagne d’incitation à vérifier son inscription sur les listes électorales et à participé à un groupe de travail de l’Anacej sur la campagne 2012, je vote.

Une étude de 2007 montre que 15% de jeunes échappent à l’inscription sur les listes électorales, quelles explications pouvez-vous nous donner ?

La première raison qui peut expliquer que l’on n’est pas inscrit sur les listes électorales est le changement de domicile. Lorsque l’on déménage, on indique sa nouvelle adresse pour tout ce qui est utile au quotidien : la CAF, EDF, la banque… Mais on ne pense pas toujours à s’inscrire sur les listes électorales de sa nouvelle commune.

Or, l’ancienne commune de résidence a la possibilité de radier des listes électorales les habitants qui ont déménagé et qui ne sont plus contribuables. Il est donc tout à fait possible de n’apparaître sur aucune liste électorale.

La seconde raison est liée au recensement, qui est obligatoire à partir de 16 ans. À Paris, le recensement s’effectue dans les mairies d’arrondissement. Ce sont en général les établissements scolaires qui informent les jeunes de cette obligation. Mais lorsqu’un jeune est déscolarisé, il y a de fortes probabilités pour qu’il n’ait pas l’information. D’où la nécessité que les structures jeunesse fassent le relais auprès de ce public.

Du recensement dépend l’inscription automatique sur les listes électorales et la convocation à la Journée défense et citoyenneté (ex-JAPD) dont le certificat de participation est nécessaire pour passer des concours, des examens et le permis de conduire.

Pourquoi réaliser une campagne d’incitation au vote et à l’inscription sur les listes ?

Avec les Antennes Jeunes*, nous avons fait le constat qu’une part importante des jeunes ne s’intéressaient pas à la vie politique et ne voyaient pas l’utilité de se rendre aux urnes. Les forts taux d’abstention des jeunes aux différentes élections (surtout municipales et européennes) ne font que le confirmer.

Or, la politique régit notre quotidien. En fonction de l’échelon territorial, elle peut avoir un impact sur les transports, les modes de gardes, la construction d’équipement jeunesse, les affaires scolaires, etc… Les conseils parisiens de la jeunesse sont des instances apolitiques, notre objectif est donc d’intéresser les jeunes à la vie de la cité à travers l’apprentissage de la citoyenneté. La sensibilisation au droit de vote en fait bien évidemment partie.

Mais avant de les sensibiliser à l’importance d’aller voter, la première étape est de les inciter à vérifier qu’ils sont bien inscrits sur les listes électorales. C’est pourquoi, nous avons décidé avec les antennes jeunes de faire un fascicule, rappelant les différentes étapes de l’inscription sur les listes électorales, à destination des jeunes mais aussi des professionnels.

Car il est essentiel que les animateurs jeunesse maîtrisent le processus d’inscription sur les listes électorales et puissent aiguiller au mieux les jeunes et ce quelque soit le cas de figure qui se présente à eux.

Quelle campagne la mission citoyenneté des jeunes de Paris souhaite mettre en place ?

Tout d’abord, je tiens à préciser que cette campagne se fait en partenariat avec les Antennes Jeunes. Nous avons souhaité que cette campagne se fasse en deux temps : comme je le disais précédemment en incitant les jeunes à vérifier leur inscription sur les listes électorales, puis en les incitant à voter.

Concernant l’inscription sur les listes électorales, nous allons très vraisemblablement faire un document simple et clair tout en étant le plus complet possible. Nous l’avons pensé comme un parcours où à chaque étape on se pose une question clef : avez-vous fait votre recensement ?, A votre 18e anniversaire, avez-vous reçu votre carte d’électeur ? et en fonction des réponses, vous vous laissez guider vers la solution appropriée.

Ce fascicule a vocation à être distribué dans l’ensemble des structures jeunesse parisienne. Nous y rappellerons bien évidemment l’importance du recensement qui est une étape obligatoire pour réaliser sa Journée de défense et citoyenneté, passer son permis, des examens, des concours et aussi être inscrit sur les listes électorales et voter.

La seconde étape est la sensibilisation au vote. Plusieurs événements sont envisagés. Des ciné-débats seront animés par des membres des conseils de la jeunesse. C’est une manière d’attirer un public qui ne participerait pas forcément à un débat. Le Conseil de jeunes du centre de Paris participe à une initiative de la Mairie du 2e arrondissement qui organise des Cafés citoyen. 3 rendez-vous sont prévus jusque décembre lors desquels les élus vont à la rencontre des citoyens de manière conviviale. Une vidéo, s’inspirant d’une campagne du Conseil de jeunes de Montréal, est en préparation pour que les jeunes des conseils témoignent sur leur première fois… où ils ont voté et ce que ça signifie pour eux.

Enfin, nous réfléchissons à une action pour que la campagne soit relayée dans les médias et que l’information soit ainsi diffusée le plus largement possible. Une action de type flash mob est envisagée, mai pour l’instant je n’en dis pas plus…

Dans l’immédiat, le plus important est d’attirer l’attention des jeunes sur leur inscription sur les listes électorales car ils ne peuvent s’inscrire que jusqu’au 31 décembre 2011 pour voter en 2012.

Propos recueillis auprès de Virginie Belin, responsable de la mission citoyenneté des jeunes de la Ville de Paris, par Erwan Dagorne.

oct 31

La campagne d’incitation à l’inscription du Conseil de jeunes de Créteil

Les membres du Conseil de jeunes de Créteil (94)  s’étaient mobilisés en 2006 pour inciter les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales. Entretien avec Brice Dassbach, responsable du Conseil de jeunes de Créteil, qui avait suivi ce projet et qui a également participé à un groupe de travail sur la campagne 2012, je vote.

Pourquoi une campagne de sensibilisation à l’inscription sur les listes électorales et au vote ?

Au départ, il y a eu une sensibilisation du Conseil de Jeunes (16-20 ans) de la Ville de Créteil (94) sur le vote et l’inscription sur les listes. Les membres du Conseil, et en particulier les jeunes majeurs, ont souhaité à leur tour sensibiliser les autres jeunes de la ville.

Ils se sont particulièrement intéressés à la dimension créative de la campagne et ont choisi de faire une campagne par les jeunes et pour les jeunes, qui ne soit pas institutionnelle.

Comme les jeunes du Comité jeunes qui ont travaillé sur la campagne 2012, je vote, ils ont trouvé redondant les propositions qui avaient la préférence des professionnels. Les jeunes qui ont travaillé sur ces campagnes ont affirmé «ton vote, c’est ta voix» comme le symbolise la croix scotchée sur le personnage de la campagne 2012, je vote.

Leur campagne est sur l’annihilation de la personne, si on ne s’exprime pas par le vote, et la peur de sortir de la société. Ils ont choisi un visuel choc pour montrer que ce n’est pas une campagne ordinaire et marquer l’importance de s’inscrire sur les listes électorales

Quel impact de la campagne ?

Les jeunes qui ont travaillé sur la campagne, comme les personnes qui se sont appuyées sur cette campagne pour sensibiliser, ont eu des retours très positifs. Il n’y a pas de données statistiques sur les impacts de la campagne, mais les jeunes l’ont trouvée efficace et se sont montrés convaincus de l’importance de s’inscrire et de voter.

Propos recueillis par Erwan Dagorne auprès de Brice Dassbach, responsable du Conseil de jeunes de Créteil (94)

oct 01

Inscrit-e ?

Êtes-vous inscrit sur les listes électorales ?

L’inscription sur les listes est, en principe, automatique pour les personnes de 18 ans. Beaucoup de nouveaux électeurs (environ 15%) échappent à cette procédure. D’autres, par exemple parce qu’ils ont récemment changé d’adresse, ne sont pas inscrits dans la bonne commune.

Comment s’inscrire ou se ré-inscrire dans une nouvelle commune ?

Si vous n’êtes pas sûr, vérifiez votre inscription dans votre mairie et si vous n’êtes pas inscrit, vous avez jusqu’au 31 décembre 2011 afin de pouvoir voter en 2012.

Si vous avez 18 ans entre le 1er janvier 2012 et la date de l’élection, vous pouvez vous inscrire et voter la même année.

Pour vous inscrire dans votre mairie, munissez-vous de :

Votre carte d’identité ou de votre passeport

Ces pièces doivent être valides ou expirées depuis moins d’un an. Si ces pièces ne sont pas françaises, vous devez également fournir un décret de naturalisation ou un certificat de nationalité française.

Un justificatif de domicile

Il doit être daté de moins de 3 mois. S’il s’agit du domicile parental, vous devez joindre un justificatif de domicile du parent et une attestation du parent (sur papier libre) certifiant que vous habitez chez lui.

Pour certaines communes, l’inscription est possible en ligne via le site mon.Service-Public.fr

Quand voter ?

L’élection du Président de la République aura lieu les dimanches 22 avril et 6 mai 2012.

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 10 et 17 juin 2012.

Page 7 sur 7« Première page34567