fév 24

2012, je vote… en débats !

Les prochaines élections présidentielle et législatives décideront des orientations données, dans de très nombreux domaines, à la politique française pour les cinq prochaines années. Pour vous, c’est l’occasion de participer directement, à travers le vote, à la vie politique de votre pays.

Parce que cette démarche ne va pas toujours de soi, parce qu’on n’en perçoit pas toujours l’utilité, parce que l’importance des enjeux peut intimider… les Conseils de la Jeunesse et les Antennes Jeunes de Paris vous proposent de venir en discuter dans le cadre de l’un des 6 ciné-débats organisés en mars et en avril.

Autour de trois courts-métrages, trois approches de la citoyenneté et de l’engagement citoyen, les animateurs des Conseils et des Antennes vous attendent nombreux pour échangez en toute liberté.

L’agenda des débats :

Jeudi 15 mars à 19h au Centre d’animation les Halles – le Marais (1er)

Mardi 20 mars à 19h au Centre d’animation Curial (19e)

Jeudi 22 mars à 19h à l’Antenne Jeunes des Hauts de Malesherbes (17e)

Jeudi 29 mars à 19h à la Maison des Ensembles (12e)

Jeudi 5 avril à 19h au Foyer de Jeunes Travailleurs Didot (14e)

Mercredi 11 avril à 19h au Centre d’animation Louis Lumière (20e)

Les 3 films :

« Vos papiers », un film de Claire FOUQUET.

« Je suis une voix », un film de Jeanne PATURLE & Cécile ROUSSET.

« Obama le renoi », un film d’atelier de Passeurs d’images.

L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles.

Plus d’infos sur www.jeunes.paris.fr

fév 21

2012, je vote – Second volet de la campagne

En 2012, se déroulent les élections présidentielle et législatives. Désireuse d’inciter les jeunes à participer au débat démocratique sous toutes ses formes, l’Anacej a élaboré la campagne « 2012, je vote ». Les outils de la campagne visent à rappeler toutes les informations essentielles pour exercer le droit de vote.

Retrouvez toutes les informations relatives au vote sur le site je-vote.fr si vous souhaitez réaliser une procuration ou ne savez pas comment se déroule le vote, ou avez un doute sur les dates des élections, sur votre inscription sur les listes électorales

Commandez les affiches et les tracts de la campagne

Téléchargez le bon de commande – PDF

Adhérent à l’Anacej ?

Téléchargez les outils de la campagne.

fév 17

En 2012, je vote !

Après les vidéos d’incitation à l’inscription, découvrez la nouvelle version des films du Comité jeunes pour inciter à voter en 2012. Le Comité jeunes de l’Anacej est une instance composée de jeunes de 15 à 22 ans engagés dans des conseils de toute la France.

Découvrez les vidéos sur Dailymotion et Kikavu.


2012, je vote – Le slam 2

jan 16

La campagne « 2012, je vote » se poursuit

A vos calendriers, l’élection du Président de la République se déroulera les dimanches 22 avril et 6 mai 2012.

Les élections législatives auront lieu les dimanche 10 et 17 juin 2012.

Si vous avez 18 ans en 2012, avant le jour de l’élection vous pouvez encore vérifier votre inscription sur les listes électorales.

Bientôt sur le site je-vote.fr, le second volet de la campagne « 2012, je vote » pour rappeler ces informations et inciter à voter en 2012.

déc 20

Plus que quelques jours pour s’inscrire sur les listes

Alors que la date imite pour s’inscrire sur les listes électorales approche, rappelons 4 bonnes raisons de vérifier son inscription sur les listes et d’inciter un maximum de personnes à vérifier leur inscription :

  • Un nouvel électeur sur trois ne sait pas qu’il doit être inscrit sur les listes avant le 31 décembre pour voter en 2012 (sondage Anacej/Ifop de novembre 2011)
  • 15% des nouveaux électeurs échappent à l’inscription automatique sur les listes électorales*.
  • L’inscription sur les listes n’est pas toujours automatique : de nombreuses collectivités réclament des documents afin de valider l’inscription et le sondage Anacej/Ifop montre que près d’un nouvel électeur sur deux inscrit sur les listes déclare que l’inscription est la conséquence d’une démarche volontaire.
  • Entre l’âge de 16 ans, âge du recensement duquel découle l’inscription sur les listes, et l’âge où l’on va voter pour la première fois, de très nombreuses personnes ont déménagé et ne sont donc, soit pas inscrites dans la bonne commune, soit radiées des listes.

* : note de veille n°49, mars 2007, centre d’analyse stratégique

déc 19

Un mini-site pour guider les nouveaux électeurs dans leur démarche d’inscription sur les listes électorales

La guest-list, un mini-site pour guider les nouveaux électeurs dans leur démarche d’inscription sur les listes électorales.

L’internaute se rend sur www.laguestlist.fr et répond à quelques questions pour être guidé dans ses démarches d’inscription.

Un moyen efficace pour s’inscrire ou vérifier son inscription sur les listes électorales avant le 31 décembre 2011.

déc 14

Vous aussi, relayez la campagne

Le 31 décembre, date limite pour vérifier son inscription sur les listes électorales, approche.
De nombreuses collectivités ont relayé la campagne 2012, je vote sur leurs lettres d’information, sites internet, panneaux d’affichage.

Comme à Schiltigheim, Paris, Foix, Les Ulis, Annonay, dans l’Allier et Le Limousin et des dizaines d’autres collectivités, relayez la campagne.

Téléchargez les outils de la campagne.

nov 17

Sondage Anacej/Ifop : Près d’un jeune sur deux ne connait pas la procédure d’inscription sur les listes électorales

Inscription sur les listes électorales

Résultats du sondage national de l’Anacej avec l’IFOP auprès des primo-votants (nouveaux électeurs) à l’élection présidentielle 2012

L’Anacej a lancé en novembre la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription sur les listes électorales et à voter aux élections présidentielle et législatives en 2012.

Dans le cadre de cette campagne, l’Ifop a mené pour l’Anacej un sondage auprès de plus de 800 personnes représentatives de la population française, âgées de 18 à 22 ans qui auront pour la première fois l’occasion de voter à la prochaine élection présidentielle. Ce sondage démontre l’intérêt d’une campagne d’incitation à l’inscription sur les listes électorales. Par ailleurs, les candidats à la présidentielle doivent s’adresser davantage aux nouveaux électeurs au travers des thèmes abordés.

Les questions portent sur l’inscription sur les listes électorales, la connaissance des modalités d’inscription, l’intérêt des primo-votants pour la campagne électorale et ce qui les aide à réaliser leurs choix électoraux.

Découvrez les résultats du sondage, la synthèse et des réactions de l’Anacej, d’Anne Muxel, docteure en sociologie et directrice de recherches CNRS en science politique au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po, Pierre Bréchon, professeur de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble et chercheur au CIDSP (Centre d’informatisation des données socio-politiques, unité CNRS) et de jeunes qui voteront pour la première fois à une élection présidentielle en 2012.

Quelles informations retenir ?

Ce sondage démontre que, si la procédure d’inscription automatique sur les listes électorales prévue par la loi en 1997 a permis d’améliorer le nombre de jeunes inscrits sur les listes, le chiffre de 13% de non-inscrits sur les listes reste supérieur au chiffre national (9%). Alors que le taux d’inscription d’office est évalué à 85%*, près d’un jeune sur deux déclare que l’inscription est la conséquence d’une démarche volontaire (46%). Les explications de ce décalage sont multiples (cf réactions au sondage), mais ce résultat souligne la méconnaissance des modalités d’inscription et la nécessité de délivrer une information claire sur ces démarches et l’utilité de campagne d’information sur l’inscription sur les listes.

Les primo-votants montrent un intérêt plus élevé que le reste de la population pour la campagne (55%), mais on distingue un clivage avec une forte défiance. Seul 33% des personnes interrogées déclarent que la campagne est de bonne qualité. Ce chiffre est à relier au fait que plus de 7 jeunes sur 10 (72%) estiment que la campagne aborde insuffisamment les problèmes qui les concernent. Les thèmes qu’ils souhaitent voir traiter mettent en avant la préoccupation de l’insertion professionnelle (emploi, pouvoir d’achat, éducation – 94, 89 et 86%) et l’importance d’une politique en faveur de l’autonomie des jeunes (83%).

Enfin l’étude révèle que la télévision reste un mode d’information majeur (citée par  78% des personnes interrogées) et que si Internet devient un moyen d’information conséquent, l’utilisation des réseaux sociaux comme outil d’information reste marginale.

Téléchargez les réactions au sondage – PDF

Téléchargez la synthèse des résultats du sondage – PDF

Téléchargez l’intégralité des résultats – PDF

Contact :
Erwan Dagorne

01 56 35 05 32 / 06 03 20 01 27

je-vote.fr

* : note de veille n°49, mars 2007, centre d’analyse stratégique

nov 17

Découvrez les nouvelles vidéos de la campagne

Le Comité jeunes de l’Anacej, instance composée de jeunes de 15 à 22 ans engagés dans des conseils de toute la France, continue son action en mettant en ligne de nouvelles vidéos pour inciter les nouveaux électeurs à vérifier leur inscription sur les listes électorales.
Découvrez les vidéos sur Dailymotion et Kikavu.


2012, je vote – Le langage des signes par AnacejTV


2012, je vote – Le réveillon du nouvel an par AnacejTV

nov 16

« Les jeunes ne sont pas moins politisés (…), ils s’intéressent autant à la politique et ont autant de compétences pour la comprendre que les autres générations »

Entretien avec Pierre Bréchon, professeur de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble et chercheur au CIDSP (Centre d’informatisation des données socio-politiques, unité CNRS).

Quand on parle des jeunes électeurs, de quelle tranche d’âge parle-t-on ? Pourquoi distinguer cette tranche d’âge ?

Il n’y a pas véritablement de frontière quand à l’âge auquel on entre dans la jeunesse ou on en ressort. Il n’est pas important de fixer un âge d’entrée ou de sortie de la jeunesse, mais en sociologie, on catégorise afin de déterminer s’il y a des différences entre tranches d’âge. Il s’agit de catégories provisoires et conjoncturelles, l’âge de sortie est fixé à 24, 29 ans, ou encore entre 18 à 22 ans si l’on s’intéresse aux personnes qui vont voter en 2012 pour la première fois à une élection présidentielle.

Les éléments qui déterminent ce qu’est la jeunesse ne sont pas adaptés pour des études quantitatives. La fin de la jeunesse peut être liée à l’entrée dans des responsabilités, comme la parentalité, un emploi stable, un couple stable. On ne doit pas accorder trop d’importance à la définition de la jeunesse selon une tranche d’âge arrêtée.

Leur vote est-il différent des autres tranches d’âge ?

Dans le cadre des sondages, qui sont déclaratifs, on ne voit pas forcément de différences avec les autres tranches d’âge. Dans les actes, les plus jeunes on un comportement plus abstentionniste, mais ça dépend des élections. L’abstention est beaucoup plus forte pour les élections européennes, législatives et cantonales. En revanche pour l’élection présidentielle, il y a peu de différence dans la participation entre les tranches d’âge.

En terme d’orientation politique, il faut être prudent, mais en général, à toutes les élections sous la Ve République, les jeunes sont légèrement plus à gauche et les plus âgés plus à droite.

On peut donner plusieurs explications. Il y a une orientation de type, cycle de vie. Les jeunes sont plus marqués par des idées plus généreuses et moins attentifs à des considérations matérielles. Alors que les tranches d’âge plus âgées votent de manière plus prudente et réaliste.

Quels éléments expliquent les variations de participation aux élections ?

Le taux d’abstention varie selon les élections elles-mêmes. Entre 15 et 28% pour une élection présidentielle. Pour des élections législatives, européennes ou cantonales on peut dépasser les 50% d’abstention sur l’ensemble du corps électoral. Pour la cantonale de mars 2011, seul un jeune sur trois a été voter au 1er tour, pour un taux général de 56% d’abstention.

Pour expliquer cette abstention, tous les politologues ne sont pas d’accord, mais on peut donner quelques raisons et lutter contre des idées reçues.

Les jeunes ne sont pas moins politisés. Toutes les enquêtes montrent qu’ils s’intéressent autant à la politique et ont autant de compétences pour la comprendre que les autres générations.

Des sociologues considèrent que ce serait parce qu’ils sont moins insérés dans la vie active. Anne Muxel parle du moratoire des années de jeunesse. A cette période on est encore en période de formation et de socialisation politique. Aujourd’hui on rentre dans l’âge adulte de plus en plus tard à cause de l’allongement des études, des stages, du chômage.

Mais ça n’explique pas tout. La culture politique n’est plus la même. Des générations précédentes votaient par sens du devoir, pour être un bon citoyen, et votaient donc parfois sans vraiment choisir mais par défaut. Aujourd’hui parmi les jeunes générations, on vote quand on a le sentiment qu’il y a un candidat meilleur que l’autre, ou pour barrer la route à un candidat qu’on craint.

Il y a un fort processus d’individualisation dans notre société qui existe aussi en politique. On ne veut pas faire comme les autres mais pouvoir juger par soi-même. Le vote est plus vu comme un droit qu’on exerce s’il est pertinent.

Enfin, une des explications de la hausse de l’abstention, ne touche pas que les jeunes. Il y a un rejet de la culture politique de plus en plus répandu et donc la hausse d’une abstention de type protestataire. Ce type d’abstention est liée au vote populiste.

Propos recueillis par Erwan Dagorne

Page 6 sur 7« Première page34567