«

»

mai 27

Européennes 2014 : non, les jeunes ne votent pas en masse pour le FN !

photo jeune aime politiqueAu lendemain des résultats des élections européennes, nous entendons partout que les jeunes auraient voté en majorité pour le Front National. Nous pensons le sujet trop important pour nous contenter de phrases chocs qui feraient passer les jeunes pour les principaux responsables du score du FN.

Nous voulons éviter les raccourcis. Reprenons les chiffres du sondage Ipsos-Steria[1] réalisé à la veille du vote, sur lesquels se basent tous les médias et essayons de comprendre ce qu’il en est réellement. 27% des jeunes de 18 à 35 ans seraient allés voter dimanche dernier. 30% d’entre eux auraient voté Front National, c’est à dire que 8 jeunes inscrits sur 100 auraient choisi le parti de Marine Le Pen. Il nous apparait donc choquant de lire et entendre partout que 30% des jeunes auraient voté FN…

Il faut également noter que selon le même sondage, 41% des 35-59 ans seraient allés voter et que 27% de cette tranche d’âge auraient choisi le FN, soit 11 électeurs sur 100

Si ces chiffres restent inquiétants, nous pensons que la question importante à nous poser serait : pourquoi 73 jeunes sur 100 ne se sont pas déplacés pour ce scrutin ? Pour répondre à cette interrogation et trouver des solutions, l’Anacej[2] a lancé, en partenariat avec CivicPlanet, une grande étude scientifique au moment des élections municipales et européennes. Menée sous la direction de Michael Bruter, de la London School of Economics, cette étude est réalisée auprès de 2000 jeunes pour explorer leur rapport à la démocratie électorale, leurs attentes et leurs craintes, leurs attitudes vis à vis de plusieurs initiatives pouvant modifier l’organisation des élections…L’objectif de cette enquête n’est pas tant de savoir pour qui les jeunes votent, mais pourquoi ils le font ou ne le font pas, et permettre ainsi de trouver les moyens à mettre en oeuvre pour améliorer le fonctionnement démocratique.

Selon les premiers résultats de l’enquête, l‘abstention des jeunes s’expliquerait en grande partie par une défiance vis à vis des hommes politiques

L’enquête confirme une hypothèse de départ : les jeunes se préoccupent vraiment de la politique, ils parlent des élections entre eux et cherchent des conseils auprès de leurs familles. Cependant, ils sont extrêmement critiques vis à vis du personnel politique et des jeux partisans. Ainsi, pour les jeunes interrogés, les principales causes de l’abstention ne sont pas à chercher du côté des électeurs mais du côté de l’offre politique : pour 71% d’entre eux, les mensonges des hommes politiques sont la première raison qui explique l’abstention, suivie par le décalage entre la campagne électorale et leurs préoccupations réelles (45%).

Le recours au référendum et aux débats dans les écoles pour améliorer la démocratie et la participation

Alors comment remédier à cette situation ? En ce qui concerne les moyens institutionnels, les jeunes placent en tête un plus grand recours aux référendum (61%) et l’organisation de débats à l’école pendant les élections (58%). Ils sollicitent également l’autorisation du vote à l’avance (avec des bureaux de vote ouverts jusqu’à deux semaines avant le jour officiel du scrutin) et l’institutionnalisation de sites où les partis annoncent leurs préférences officielles sur un certain nombre de questions, pour permettre à chacun de se positionner. Les autres possibilités (vote par internet, quotas de jeunes sur les listes, vote obligatoire, vote a 16 ans, etc) arrivent loin derrière.


[1] Sondage veille du vote –Ipsos/Steria pour France Télévisions, Radio France, Le Point, LCP Public-Sénat, France 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>